Espace abonné

mot de passe oublié ?

En savoir plus

Pourquoi un panel ?

L'enquête loyer de l'OLAP est une enquête de type panel, c'est-à-dire que l'unité statistique observée, le logement, est suivie dans le temps : ce sont les mêmes logements qui vont être enquêtés tous les ans. La technique du panel permet de mesurer seulement l'évolution des prix (des loyers) sans introduire d'évolution de la structure des échantillons.

Le panel a été défini au départ à partir des résultats du Recensement Général de la Population de 1982 et est représentatif du parc locatif libre selon la stratification suivante : localisation, nombre de pièces, époque de construction, confort. Il a été constitué par un tirage aléatoire au sein de la base de références partitionnée en 48 strates.

Les Méthodes

Les méthodes développées par l'OLAP couvrent toutes les phases de la collecte et de l'exploitation des données. La rigueur apportée à la définition et la mise au point de la méthodologie et le contrôle du respect de son application par tous les intervenants de la collecte et du traitement des données recueillies sont le garant de la qualité des informations diffusées.

La méthodologie de l'OLAP couvre schématiquement les étapes suivantes :

- l'échantillonnage : échantillon théorique, entités enquêtées 

- la collecte des données : guide de remplissage du questionnaire, formation et contrôle des enquêteurs

- le contrôle des données : tests de cohérence

- l'estimation des données manquantes : méthodes d"estimation notamment économétriques,

- le redressement de l'échantillon par pondération selon la macro CALMAR dévelopée par l'INSEE.

 

Une base de loyers à double finalité : la fourniture de références et le panel

La base de données constituée par l'OLAP est représentative de tous les segments de parc en terme de localisation (quartier administratif parisien ou commune), type d'habitat (individuel ou collectif), nombre de pièces, époque de construction, équipement de l'immeuble et du logement. Elle permet de répondre à toute demande de références. Le taux de sondage y est en effet adapté à la fréquence des logements dans le parc : par exemple les petites maisons, peu nombreuses sont affectées d'un taux de sondage élevé pour permettre de fournir au moins 6 références conformément à la loi. Inversement des logements très courants (2 pièces des arrondissements périphériques) ont un taux de sondage réduit.

Pour les raisons évoquées ci-dessus : la représentation en nombre suffisant de tous les types de logements par le biais de taux de sondage non uniformes, la base de références ne peut être utilisée directement pour des traitements statistiques. L'OLAP a constitué un panel par tirage aléatoire dans la base de références stratifiée selon des croisements : localisation - taille - époque de construction - type de propriété et de gestion.